Votre navigateur web est obsolète. Cela pourrait affecter le bon fonctionnement du site.

FR

Comparatif monoculaires : Leica MONOVID 8x20, Bushnell Legend ED 10x42 & Eden HD 10x42

En réalisant cette évaluation, je me suis rendu compte que je n'avais probablement jamais regardé à travers un monoculaire, (à part un télescope). Un monoculaire ne possède d'un oculaire et qu'une seule lentille au lieu de deux, et il est donc bien plus léger et compact qu'une paire de jumelles classique. Cela veut dire qu'on y regarde avec un seul œil. À ce qu'on dit, les monoculaires sont plutôt populaires chez les marins et les chasseurs. Je ne suis ni l'un, ni l'autre, mais je reconnais que c'est également utile pour tous ceux qui souhaitent voir de plus près (un paysage, un animal ou tout autre sujet) sans s'encombrer d'une paire de jumelles. Dans la nature, je n'ai jamais vu d'ornithologue avec un monoculaire, je ne pense donc pas être la cible principale pour ce genre d'article. Je me demandais tout de même si un monoculaire conviendrait pour observer les oiseaux.

Première impression et accessoires

J'ai été surpris en sortant le Leica MONOVID 8x20 de son emballage. Étonnamment petit, avec une belle housse en cuir à fermeture ingénieuse, et aussi une lentille supplémentaire cachée dans le couvercle de l'étui, qui transforme le monoculaire en loupe. J'étais donc assez impressionné au premier abord ! Le monoculaire lui-même est raffiné et très esthétique. Il est un peu trop petit pour dire qu'il tient bien en main, et pour y regarder, je dois le tenir entre mes doigts. Mais il se glisse facilement dans une poche de pantalon ou de manteau. Même avec son étui, il est toujours plus léger et compact que les deux autres modèles sans leur étui.

L'Eden HD 10x42 est bien plus gros que le Leica, mais ça reste relatif. Il semble tout de même plus petit qu'une demie paire de jumelles. Son boitier en métal donne une sensation de solidité, sans chichi, et il tient bien en main. Pas trop lourd, il est facile à ranger dans un sac à dos ou une grande poche de manteau. Il est un peu trop gros pour le glisser dans une poche de pantalon, mais c'est possible. Le mécanisme de mise au point est sous forme d'une molette au centre du monoculaire, et semble facile à utiliser. L'étui inclus est plutôt simple, mais fonctionnel : il permet de ranger rapidement le monoculaire.

Le Bushnell Legend ED 10x42 est à peu près de la même taille que l'Eden, mais vu que son système de mise au point, son clip de ceinture et son adaptateur trépied sont à l'extérieur du boitier, il est moins arrondi. On peut dire qu'il a un look plutôt "tactique" ! L'adaptateur pour le placer sur un trépied n'est pas très utile selon moi, étant donné que cela voudrait dire qu'on emporte aussi un trépied avec soi. L'étui inclus est assez gros et semble disproportionné. Il est donc aussi doté d'un clip pour l'accrocher à la ceinture. Le capuchon pour la lentille frontale est en plastique dur et se place sur le monoculaire par un système pliant, assez pratique.

Utilisation

Avec une paire de jumelles classique, on regarde de façon plus naturelle, avec les deux yeux. Lorsque je regarde dans mon télescope, je ferme souvent l'autre œil, ce qui est souvent inconfortable à la longue. C'est également comme ça que j'ai procédé avec ce monoculaire, jusqu'à ce qu'on me conseille de garder les deux yeux ouverts. Il faut s'y habituer au début, mais finalement, ça fonctionne plutôt bien ! On suit un sujet d'un œil et lorsqu'on l'a bien en vue, on passe à l'autre œil pour zoomer dans le monoculaire. Une fois le sujet en vue, il m'arrive souvent de fermer quand même l'autre œil pour avoir une image plus nette. Le Leica a une petite lentille frontale (20 mm), ce que je trouve trop petit, personnellement. Son petit format n'est pas très maniable et il ne convient donc pas trop pour l'observation des oiseaux en vol, ou pour repérer un oiseau dans un arbre. Il est plus adapté pour les sujets fixes. La mise au point est assez saccadée, mais je suppose qu'avec un peu d'entrainement elle devient plus souple.

L'Eden et le Bushnell ont tous deux de plus grandes lentilles frontales (42 mm), et offrent une image un peu plus stable. L'avantage du Bushnell, c'est que le positionnement de son système de mise au point fait qu'on le tient automatiquement plus fermement. Sur l'Eden, il faut tourner un anneau dans le monoculaire, et il est donc impossible de garder une image fixe. Il est plus difficile de suivre un objet en mouvement tout en faisant la mise au point. Il vous faudra plus d'entrainement pour y parvenir, mais c'est possible grâce à la grande image.

Vu que la molette de mise au point est sur l'extérieur du Bushnell, c'est le seul qu'on pourrait manipuler d'une seule main. Mais j'utilise toujours deux mains pour être sûr de bien le tenir et pour conserver une image plus stable. Le capuchon d'oculaire du Bushnell est en plastique dur, et ne s'emboite pas très bien, ce qui oblige à forcer un peu contre le caoutchouc de l'oculaire. C'est dommage. Le capuchon en caoutchouc souple de l'Eden semble être une meilleure solution. Les capuchons en caoutchouc standard sur les lentilles frontales des jumelles me gênent souvent, et je les laisse la plupart du temps à la maison. Mais celui du Bushnell me plait bien. Il s'ouvre et se ferme facilement, ce qui protège encore mieux la lentille. Vu que je transporte les monoculaires dans ma poche, c'est important.

Qualité optique

En matière de performances optiques, le Leica est bien supérieur aux deux autres modèles. Une image très nette, de belles couleurs, assez léger et avec un bord d'image bien net. En bref, une image digne de jumelles haut de gamme. L'objectif complémentaire qui permet de l'utiliser comme loupe (dissimulé dans le couvercle de l'étui), est un accessoire sympa. Les détails qu'il permet de voir sont incroyables. Avec un peu d'entrainement, j'ai pu facilement prendre des photos avec la loupe depuis mon téléphone portable, ce qui permet de faire de belles photos en macro très détaillées.

L'Eden et le Bushnell ont tous deux de plus grandes lentilles frontales (42 mm), et offrent une image un peu plus stable. La netteté et la qualité est bonne sur les deux modèles. L'image est suffisamment lumineuse et les couleurs sont profondes et contrastées. La netteté des contours est aussi bonne qu'avec le Leica, mais c'est moins visible vu que l'image est plus grande. Si on le compare avec le Bushnell, ce dernier est un peu meilleur, avec des couleurs profondes plus contrastées. Mais ils sont tous les deux très bons.

Conclusion

Au final, j'ai été agréablement surpris, autant par ce concept de "monoculaire", que par ces trois modèles. Si je pars dans la nature pour observer les oiseaux, je continuerai d'opter pour une vraie paire de jumelles, éventuellement avec un téléscope en plus. Mais pour les excursions où je préfère voyager léger, un monoculaire sera idéal. Ils sont faciles à transporter et le Bushnell et l'Eden permettent d'observer et d'étudier correctement les oiseaux. Le niveau de détail est assez bon pour identifier les oiseaux et, avec un peu d'entrainement, on peut même les suivre en vol. Le Leica, même s'il a les meilleures performances optiques et est plus esthétique, est moins pratique pour observer les oiseaux, à cause de son image plus petite. Personnellement, je préfère l'Eden ou le Bushnell, le premier étant très maniable et avec une bonne image, et le second ayant une image encore meilleure et facile d'utilisation.

Leica MONOVID 8x20

Avantages

  • très esthétique
  • accessoires (lentille complémentaire incluse)
  • très compact
  • image nette, contrastée et claire avec des bords très nets

Points négatifs

  • Son petit format le rend moins maniable
  • La mise au point est très simple
  • Son petit format n'est pas très maniable et il ne convient donc pas trop pour l'observation des oiseaux en vol, ou pour repérer un oiseau dans un arbre.
  • Son prix est assez élevé

Bushnell Legend ED 10x42

Avantages

  • Image bien nette claire avec des couleurs profondes
  • Facile à mettre au point et à manipuler d'une main
  • Le mécanisme de mise au point permet de garder bien en main et de garder une image fixe.
  • Capuchon de protection de lentille frontale rabattable

Points négatifs

  • Capuchon d'oculaire. Il est fait en plastique dur et abime le caoutchouc de l'oculaire.
  • La netteté des contours est moins bonne.
  • Il est un peu moins compact que les deux autres monoculaires.

Eden HD 10x42

Avantages

  • Look esthétique et robuste
  • Format bien maniable
  • Belle image bien claire
  • Excellent rapport qualité/prix

Points négatifs

  • Le mécanisme de mise au point du monoculaire empêche de garder une image stable lors de l'utilisation. Cela demande un peu d'entrainement pour réussir à suivre un sujet en mouvement.
  • La netteté des contours n'est pas optimale
  • Il faut deux mains pour mettre l'image au point
Folkert de Boer

Folkert est un membre émérite de la communauté ornithologique aux Pays-Bas. Il travaille pour Waarneming.nl et Batumi Raptor Count, et organise des excursions ornithologiques pour les sites Wildbuiten.nl et BirdingBreaks.nl. Dès son plus jeune âge, Folkert se passionne pour les oiseaux. "Observer les oiseaux est une vraie passion", explique-t-il. "On regarde autour de soi avec d'autres yeux, et on apprend à mieux apprécier la nature. En vacances, mon père avait toujours une paire de jumelles sur lui, il m'a transmis ce réflexe. Je vais souvent en Géorgie pour le Batumi Raptor Count. Chaque automne, là-bas, des millions de rapaces volent au dessus de nos têtes. Ils migrent vers le nord pour y hiberner et se reproduire. Nous comptons les rapaces afin d'évaluer leur situation."

Spécialiste jumelles
Thèmes liés
Expédition
postnl
ups
gls
Retrait
ups
Moyens de paiement
payment-bancontactmrcash
payment-kbcpaymentbutton
payment-visa
payment-mastercard
payment-paypal
payment-sofortueberweisung
BEBelgique (Français)